L’entretien d’une pipe et son culottage

 

Et oui, le tout n’est pas de fumer, si on veut fumer la même pipe pendant quelques années, un minimum d’entretien est nécessaire ! (vous pouvez aussi ne pas l’entretenir, et revenir vers moi après…)

 Commençons par le commencement : Le culottage ! Je fabrique des pipes en bois, et comme toute pipe en bois, il faut les culotter. Vous vous demandez pourquoi je parle de sous-vêtements… Vous n’avez pas tort, mais le culot d’une pipe n’a rien à voir avec un sous vêtement, c’est seulement une fine couche de carbone dans le fond de votre pipe.

 En clair, le culot est une partie qui va protéger votre pipe de la combustion et de l’humidité. Comment l’obtenir : Les premières fois, il faut remplir la pipe progressivement.

 On commence par remplir seulement 1/3 du foyer, et il faut fumer doucement, ne pas trop faire monter le foyer en température. C’est une étape essentielle qui permettra à votre pipe de durer. Il est également primordial durant le culottage de fumer votre pipe jusqu’au dernier brin de tabac. (pour que le culottage aille bien jusqu’au fond de la pipe)

 Fumez 4-5 fois à 1/3, puis passez à 2/3, 4-5 fois, et enfin, vous pourrez la remplir complètement. Laissez la sécher entre chaque cérémonie environ une journée. Si vous respectez cette progression et que vous pensez tout au long du culottage à ne pas faire trop chauffer la pipe, vous aurez une belle culotte au fond de votre pipe, elle sera ainsi protégée contre la chaleur excessive liée à la combustion. Pendant toute cette période, quand vous videz votre pipe, ne grattez surtout pas trop les bords du fourneau, n’hésitez pas à laisser les brins de tabac consumés sur les parois, ils contribueront à un bon culottage.

Ensuite, l’entretien courant : Quand vous avez fini de fumer votre pipe, laissez la refroidir un peu avant de la démonter (elle est composée de matériaux naturels, ils se dilatent à la chaleur et à l’humidité).

Une fois moins chaude, vous pouvez la vider (utiliser un cure/bourre pipe, une allumette, n’importe quoi qui puisse rentrer dans le fourneau et puisse aider à évacuer les restes de la/les plante/s que vous avez fumé).

J’aime bien après l’avoir démontée passer une « chenillette » dans le tuyau, de façon à le sécher (toute combustion produit de l’eau, ajoutons à ça la condensation dans le tuyau qui est plus froid que la fumée et les goudrons qui se déposent dans la tige et vous avez l’intérieur de votre tuyau bien humide…). (on peut aussi découper une petite bande de mouchoir en papier, la rouler sur elle même et la glisser dans le tuyau pour le nettoyer.)

 De temps en temps, lorsque le culot commence à être trop important (au delà de 2mm), vous pouvez gratter légèrement le fourneau pour réduire l’épaisseur du culot. (utiliser l’arrière d’une petite cuillère non agressive, par exemple)

Il se peut aussi que le tuyau finisse pas être trop encrassé, pour le nettoyer, vous pouvez utiliser un/des cure pipe (chenillette) imbibé d’alcool (a 90°, rhum, vodka, etc.) jusqu’à ce que le cure pipe ressorte propre. Après un tel nettoyage, laissez votre pipe s’aérer, le gout de l’alcool mélangé au tabac n’est pas très agréable ! 

En suivant ces quelques conseils, vous devriez pouvoir profiter au mieux de votre pipe.

 

 

Si vous avez des questions, ou que vous souhaitez partager une pipe avec moi, n’hésitez pas à me contacter : contact

Translate »